www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Orne

Vous êtes actuellement : Carte scolaire  / CTPD/CTSD 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 mars 2009

Carte scolaire 2009.2010 : déclaration de la FSU.

DECLARATION PREALABLE DE LA FSU CTPD du lundi 23 mars 2009

En préambule. Tout d’abord, un premier constat : dans le document que vous nous avez communiqué, les types d’écoles dans le département ne sont plus votre référence mais un classement d’écoles par nombre de classes. Ce changement augure-t-il d’une autre approche de l’organisation des écoles dans le département ?

D’autre part, aux délégués des personnels, vous remettez un document en blanc puisqu’aucune mesure de carte scolaire que vous envisagez n’y est mentionnée alors que les élu.e.s ont été destinataire d’un courrier les informant d’une éventuelle mesure de carte scolaire. En une période où le ministère met en place plusieurs mesures pour minorer le rôle des délégués des personnels et vider de son sens le paritarisme, vous accepterez, nous l’espérons, notre protestation contre cet ostracisme puisque mesures il y a.

La carte scolaire cette année encore se fait dans le département avec une nouvelle dotation négative. De 2001 à 2007 notre département a perdu dans le premier degré 557 élèves en passant de 23 609 à 23 052 ; dans le même temps, le nombre des enseignants est passé quant à lui de 1429 à 1337 soit 92 enseignants en moins. Notre département a donc « rendu » au ministère durant cette période un poste d’enseignant pour 6 élèves en moins. (source : Repères et références statistiques sur les enseignants, la formation et la recherche de 2002 à 2008).

L’année dernière, la prévision pour le département était une perte de 236 élèves : base sur laquelle l’Orne a « rendu » 9 postes. Or le constat de rentrée 2008 ramène cette perte à 68 élèves soit un écart de 168 élèves. Les écoles fonctionnent donc avec 168 élèves en plus et 9 postes en moins. Vous comprendrez que dans ces conditions que la prévision de moins 232 élèves peut nous laisser perplexe pour le moins et en colère pour une nouvelle dotation qui s’annonce négative. D’autant que la ruralité du département ne nous paraît pas prise en compte quand seulement 160 communes sur les 505 que compte le département ont une école sur leur territoire. Que de nouvelles écoles ( Lougé sur maire, Tanville, Joué du bois, Glos la ferrière, Le Merlerault, Préaux du Perche…) vont se voir fragiliser avant disparition voire disparaître. Peut-on encore parler d’égalité des territoires et d’égalité devant le service public ? Les dotations négatives accélèrent ce processus : les écoles qui sont en mesure possible de carte scolaire confirme ce mouvement.

La décision ministérielle de ne plus prendre en compte les enfants de 2 ans dans le cadre de la carte scolaire va mettre de nombreuses écoles en difficulté même si nous n’en voyons pas toute la portée dès cette année. Cette scolarisation ayant déjà chutée de 20% avec la quasi disparition des écoles maternelles dans le département.

La politique des pôles mise en place par vos prédécesseurs que vous paraissez vouloir continuer ne nous semble pas nécessairement la panacée. Aucun bilan départemental n’en a d’ailleurs jamais été fait pas plus d’ailleurs pour les RPI alors que le département de l’Orne avait été pilote en la matière.

Les suppressions de 5,25 postes EILE, sans mesure transitoire notamment pour l’enseignement de l’allemand, participent à cette baisse générale des moyens alors que les collègues EILE répondent à un réel besoin tant pour les équipes enseignantes que pour les élèves et vis versa.

Les 7,5 postes animation / soutien créés l’année dernière pour apporter une aide aux enseignements dans les écoles les plus en difficulté n’auront fait qu’une brève apparition sauf que la réalité de ces écoles en un an n’a que peu évoluée et que les difficultés demeurent.

Les suppressions de 8 postes rased ne sont pas de nature à améliorer la situation d’autant que parmi ceux-ci compte-tenu du redécoupage envisagé, il n’est pas certain qu’ils soient tous pourvus.

Les transformations des postes ZIL en postes brigade n’amélioreront que très partiellement l’efficience du remplacement ( leur nombre ne progressant pas ) mais par contre risque de rendre l’exercice sur ces postes plus difficile pour les collègue et plus complexe la gestion en la centralisant.

En conclusion, si peu de choses trouve grâce à nos yeux, c’est que les choix politique et ministériel mettent en cause l’avenir du service public d’éducation, qu’il fragilise de plus en plus les politiques éducatives au niveau des départements. Cette carte scolaire se faisant avec une nouvelle dotation négative, elle va de nouveau, malgré une perte relative d’élèves, entraîner mécaniquement une hausse des effectifs pour nombre d’écoles, des répartitions de plus en plus complexes, des conditions d’enseignement qui vont se dégrader. Nous ne pouvons pas nous en satisfaire.

 

18 visiteurs en ce moment

*Top Espace Pyramide
2, avenue Basingstoke
61 000 Alençon
Email : snu61@snuipp.fr
Téléphone : 02 33 26 80 95
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Orne, tous droits réservés.