www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Orne

Vous êtes actuellement : Carte scolaire  / CDEN 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 mai 2008

CDEN du 13 mai 2008

Au cours du CDEN du 13 mai 2008, l’IA a modifié ses décisions de carte scolaire sur 2 écoles : Le Mesle sur Sarthe passe en fermeture révisable ainsi que Moulins la Marche. D’autre part, le Préfet demande d’étudier avec attention la situation de Tanville et de revenir sur la décision de fermeture compte-tenu de la situation particulière de cette école (cas atypique dans le département).

Vous trouverez ci-dessous la declaration de la FSU 61 lors de ce CDEN

Déclaration de la FSU 61 au CDEN du 13 mai 2008

Depuis plusieurs semaines maintenant se développent des mobilisations tant localement que nationalement en faveur de l’école, du service public d’éducation.

La politique éducative mise en oeuvre par le ministère provoque à tous les niveaux de très vives inquiètudes, un trouble profond et beaucoup de colères.

Le Conseil Supérieur de l’Education a émis à une large majorité des avis négatifs sur l’ensemble des projets qui lui ont été présentés ; le ministre n’en a cure !

Face à la mobilisation des personnels de l’éducation pour défendre de meilleures conditions de travail, de meilleures conditions d’accueil et d’enseignement pour tous les élèves, le minsitre répond par une fin de non recevoir.

Face aux mobilisations des lycéens, le ministre promet de restaurer des mesures de soutien tout en supprimant des moyens humains !

Face aux mobilisations des parents pour défendre les moyens dans leur école et aux actions des élus.es pour défendre l’existence et la pérennité d’une école publique sur leur commune ou sur leur CDC, les représentants du ministère invoquent la baisse démographique pour justifier les fermetures de classes et des moyens insuffisants pour maintenir les postes. Dans le premier degré, en préélémentaire, à la rentrée 2007, 8807 élèves étaient présents dans les écoles du département, au 14 février 2008, 9131 élèves ont été constatés soit 264 élèves en plus alors que 9 postes avaient été rendus au ministère pour l’année scolaire 2007.2008. D’autre part, quand il a fallu trouver 24 millions d’euros pour financer les stages de remise à niveau hors temps scolaire (c’est l’équivalent de 700 postes d’enseignants), personne ni du côté du ministère ni du côté du gouvernement n’a parlé alors de "caisse vide" !

Quel avenir pour les SEGPA quand cette année 5 postes sont supprimés et que la fermeture d’une SEGPA est possible ? Quel avenir pour l’école maternelle dans le département quand, par exemple, une école maternelle de 3 classes avec un effectif de 74 élèves est en fermeture révisable et que l’école maternelle, comme entité, est quasi inexistante dans le département par le jeu des fusions d’écoles ? Quel avenir pour les collèges quand on peut craindre les effets pervers de la désectorisation et quand on ignore encore les objectifs de l’audit sur les collèges commandé par le Conseil Général ?

Avec les autres syndicats de l’éducation et les représentants des parents d’élèves, la FSU s’oppose aux mesures de suppressions d’emplois dans l’Education Nationale et demande un collectif budgétaire pour doter l’Education Nationale des moyens nécessaires pour répondre à une forte demande de démocratisation de notre service public. Les syndicats nationaux de la FSU s’opposent aux réformes rétrogrades mises en place par le ministre de l’éducation ( nouveaux programmes, suppression du samedi matin, réforme des bac pro...). Tout cela explique sans doute que le ministre de l’Education mérite les louanges présidentielles puisqu’il avance à un rythme effréné réforme après réforme toutes plus régressives les unes que les autres, et que le Président de la République considère notre fédération syndicale comme particulièrement conservatrice ; pour lui, elle serait quasiment l’ennemi à abattre pour faire passer des réformes que nous considérons destructrices.

De tels propos et de telles décisions unilatérales rendent inquiétant l’avenir des relations sociales que le Président de la République entend instaurer dans le débat démocratique et citoyen.

11 200 suppressions d’emplois à la rentrée 2008 dans l’Education Nationale avec l’objectif présidentiel d’en supprimer 80 000 dans les quatre années suivantes. C’est dire si la carte scolaire qui soulève déjà de forts mécontentements se fera, si les choses en restaient en l’état, avec une grande pénurie de moyens dans tous les secteurs de l’éducation.

Il est donc normal que les personnels de l’éducation, les parents, les élèves et les élus manifestent contre le démantélement du service public d’éducation. La mobilisation se poursuit avec un appel unitaire à la grève jeudi prochain (jeudi 15 mai 2008), une manifestation nationale le dimanche 18 mai 2008 à l’initiative de la FSU et une journée nationale le samedi 24 mai à l’initiative du collectif "service public d’éducation en danger".

Nous condamnons d’autre part l’initiative populiste du ministre de mettre en place les jours de grève dans les écoles un service d’accueil des élèves et regrettons les quelques participations de communes (19 dans le département) car cette mesure est attentatoire au droit de grève.

Dernier point. La loi de février 2005 sur la scolarisation des enfants en situation de handicap fait obligation à l’Etat de doter en moyens supplémentaires les écoles et les établissements qui les scolarisent. Nous demandons que les personnels en charge de ces enfants soient formés, que leur situation soit pérennisé, qu’elles bénéficient d’un statut de droit public pour sortir de la précarité. Pour cette année la situation départementale est très inégale : des EVS avec mission d’AVS ont pu être reconduits jusqu’à la fin de l’année scolaire dans certaines écoles ; dans d’autres écoles, des EVS ont vu leur mission s’arrêter en cours d’année ; enfin certaines écoles n’ont bénéficié d’aucune aide. Qu’en sera-t-il pour la prochaine année scolaire ?

commentaire : sur ce point, le Préfet de l’orne a assuré qu’un dispositif d’aides sera en place dès la rentrée 2008.2009.

 

13 visiteurs en ce moment

*Top Espace Pyramide
2, avenue Basingstoke
61 000 Alençon
Email : snu61@snuipp.fr
Téléphone : 02 33 26 80 95
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Orne, tous droits réservés.