www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Orne

Vous êtes actuellement : Carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 novembre 2014

Retour sur le CTA du 10 novembre : EXEAT/INEAT, Moyens 1er degré, Education prioritaire

EXEAT/INEAT de complaisance : la suite

Le SNUipp-FSU est intervenu en CTA à propos de l’ineat de complaisance vers le Calvados. Suite à la lecture de notre texte, Monsieur le recteur nous a dit comprendre notre indignation. Il paraît très embarrassé par la situation.. Outre l’expression de notre indignation, nous avons demandé à ce qu’il puisse y avoir des ineat non compensés dans le Calvados. Pour l’instant nous n’avons pas de réponse favorable à cette demande. Il y aura un groupe de travail en janvier même si le recteur est sceptique sur les suites possibles à donner à ce groupe de travail.

Ci-dessous le contenu de notre intervention : Monsieur le Recteur, Le département de l’Orne compte parmi les derniers départements en termes de taux de satisfaction pour les rapprochements de conjoint.e. Cela s’est encore vérifié lors des dernières permutations nationales informatisées. Des collègues, pour certaines, certains avec des enfants en bas âge attendent patiemment, bon an, mal an, qu’enfin les portes du département tant convoité leur soient ouvertes afin de concilier vie professionnelle et vie personnelle. C’est notamment le cas pour le département du Calvados pour lequel plusieurs dizaines de collègues du département de l’Orne postulent chaque année. La réponse est négative pour une grande majorité. Cela dure depuis plusieurs années pour la majorité d’entre eux en attendant le barème qui pourra enfin leur permettre d’y accéder. Quelle ne fut pas d’abord leur surprise puis leur colère d’apprendre qu’une collègue de l’Orne, compagne de maire d’une ville calvadosienne, nouvellement élu, ait pu bénéficier d’un accord de complaisance des DASEN de l’Orne et du Calvados pour intégrer, hors barème, ce dernier département. De nombreuses et nombreux collègues le vivent comme un outrage à leurs difficultés et leur vécu alors que leur conjoint.e ont tout autant besoin de ce rapprochement de conjoint. Doivent-elles/ils en déduire que maire « vaut » plus qu’agriculteur, technicien, marin-pêcheur, enseignant, employé... ? C’est ce que les DASEN, peut être à leur corps défendant, laissent comme message politique à une profession déjà dévalorisée. Cela nous est insupportable. Cette décision partisane de responsables académiques ne grandit pas le service public d’éducation et laisse ses personnels dans l’incompréhension, l’amertume et la colère tout en renforçant le discours populiste sur des responsables politiques, en l’occurrence un maire, à qui notre administration permet de s’arroger un passe-droit alors qu’élu il devrait faire preuve d’exemplarité. Non décidément NON. Cette décision calamiteuse est totalement incompréhensible tant pour les personnels que pour le fonctionnement du service public. Depuis quelques années, l’Orne accueille plus de PES qu’elle ne devrait, cela n’a à ce jour apporté aucune amélioration. Le SNUipp-FSU demande qu’il puisse y avoir des ineat non compensés vers le Calvados respectant les barèmes des permutations.

Moyens pour le 1er degré pour la rentrée 2015

Le recteur nous a informé qu’au niveau national il y aurait de nouveaux modes de calcul des moyens et que ce nous mode aurait un impact sur les postes attribués à l’académie. Par ailleurs, la baisse d’élèves est bien plus importante que ce qui avait été prévu. Ces éléments sont très inquiétants pour la carte scolaire à venir.

Nouvelle cartographie éducation prioritaire

Le recteur a évoqué cette question en questions diverses. Il a rappelé les moyens pour l’académie 3 REP+ et 12 REP. Voici l’extrait de la déclaration préalable de la FSU concernant l’éducation prioritaire : Concernant l’Education Prioritaire. Alors que les besoins augmentent, du fait même de la crise économique, c’est le choix du redéploiement des moyens sur le territoire national qui est fait, au détriment des ambitions de cette politique.Ces choix vont notamment se faire au détriment des zones rurales et des lycées professionnels qui accueillent une population de plus en plus défavorisée et qui ne pourront pas être intégrés à ce réseau « à moyens constants ». La FSU demande que le classement en éducation prioritaire (REP+ et REP) se fasse en toute transparence, sur la base d’une cohérence nationale, et avec l’attribution des moyens nécessaires à une prise en compte de toutes les situations. En plus de Perseigne à Alençon, ont été d’ores et déjà été annoncés les 2 autres REP+ : dans la Manche Les Provinces à Cherbourg et Pagnol dans le Calvados à Caen. Le recteur a annoncé la tenue d’un groupe de travail académique le mardi 2 décembre où seront notamment évoquées les écoles devant relever du dispositif. Il a également dit vouloir prendre en compte les zones rurales. Affaire à suivre.

 

9 visiteurs en ce moment

*Top Espace Pyramide
2, avenue Basingstoke
61 000 Alençon
Email : snu61@snuipp.fr
Téléphone : 02 33 26 80 95
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Orne, tous droits réservés.