www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Orne

Vous êtes actuellement : Actions 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 avril 2014

Communiqué de presse du SNUipp61-FSU

Vous trouverez ci dessous le communiqué de presse envoyé ce jour par le SNUipp61-FSU au Ouest France, à l’Orne Hebdo ainsi qu’à Normandie FM.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU SNUipp61-FSU

Le vendredi 25 avril 2014

Éducation : Mais de qui se moque-t-on ?

Du Ministère de l’Éducation Nationale au Directeur Académique de l’Orne en passant par le Préfet de notre département, ces derniers jours nous ont offert un navrant spectacle. Au plus haut de l’échelle, des assouplissements concernant la réforme des rythmes scolaires viennent d’être annoncés. Pour certains, le projet refusé il y a quelques mois parce que non-conforme au décret devient parfois conforme aujourd’hui alors qu’un autre projet a été imposé. Il faut maintenant que les organisations dérogatoires puissent voir le jour partout où la demande sera effectuée et cela à quelques semaines des vacances d’été ! Comment un ministre peut-il si mal connaître le terrain pour prendre de telles décisions ? Alors plus que jamais, le ministère se doit d’écouter le premier syndicat du premier degré ! Oui, une réforme est nécessaire sur les rythmes scolaires car la semaine Darcos à 4 jours est destructrice. Mais cela ne doit pas être à n’importe quel prix : les fondations doivent être effectuées avant le reste ! Prenons le temps et remettons les éléments dans l’ordre (notamment la révision des programmes) pour élaborer une réforme réussie. Donnons de la souplesse !

Le Ministère a confirmé la « Priorité au primaire », pourtant le Préfet de l’Orne ne l’entend pas ainsi. Son absence quasi-systématique au Comité Départemental de l’Éducation Nationale (comme ce mercredi 23 avril) qu’il préside théoriquement ou son départ après la présentation de rigueur lorsqu’il est présent, montre le mépris qu’il a pour cette instance. Comment expliquer son absence lorsqu’est en jeu, dans ce comité, la carte scolaire de la rentrée prochaine avec un couperet au dessus de 29 écoles mais aussi la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires pour l’ensemble des écoles du département ? L’évidence s’impose : pour le premier représentant de l’État dans l’Orne, l’Éducation nationale n’est pas une priorité !

Enfin que dire du Directeur Académique de l’Orne qui annonce du dialogue social à tous azimuts mais qui méprise lui-même les représentants de ses personnels. Le mot est-il trop fort ? Non, quand on sait que près de 24h après avoir annoncé, à la presse, ses décisions quant aux mesures d’ouvertures et de fermetures de classes dans le département à la rentrée prochaine, il n’a toujours pas daigné en informer les élus du personnel ! Si c’est cela le dialogue social, alors nous n’y mettons pas la même définition ! Maintenant, concernant ces mesures réinstaurons la vérité ! Oui, comme il le dit, nous perdrons entre 250 et 300 élèves à la rentrée prochaine. Oui, le Ministère et le rectorat n’ont pas demandé à l’Orne de rendre de postes. Mais deux choses sont à préciser. Tout d’abord, ce n’est pas un cadeau généreusement offert, mais une tendance à restaurer l’égalité sur le territoire, notre académie étant sous dotée de 0,8 à 2,2% en postes dans le premier degré par rapport à sa catégorie, comme le rapporte la DGESCO dans son rapport de préparation à la rentrée scolaire 2014. Puis, malgré tout, le Directeur Académique a choisi de rendre 7 postes alors qu’il n’avait pas à le faire. Il s’agit certainement d’une erreur de sa part et non d’une volonté certes, mais les conséquences sont là : ce sont 7 moyens qui font défaut dans cette carte scolaire. Alors, au SNUipp-FSU, nous nous donnons comme mission de récupérer ces 7 postes pour soulager les écoles de l’Orne. C’est en ce sens que nos secrétaires généraux saisiront dans les heures qui viennent le cabinet ministériel sur ce sujet. Ensuite, sur différents sujets, notre département se démarque dans le mauvais sens du terme : l’école maternelle n’est pas une priorité contrairement aux annonces ministérielles puisque nous fermons des classes maternelles avec des moyennes obtenues à plus de 26 alors que dans le même temps, des ouvertures sont proposées pour des écoles primaires à 25 de moyenne. Les postes de « moins de trois ans » n’existent pas dans l’Orne. Les RASED restent en l’état de délabrement alors que d’autres départements les reconstituent. Des directions d’écoles sont inéquitablement traitées, des fermetures sont injustifiées ou mettent en danger l’existence de certaines écoles, des ouvertures qui se justifient ne sont pas effectuées...

En conclusion, il faudra retenir de cette carte scolaire que : 7 postes sont rendus au Ministère alors qu’il devraient être utilisés, une fermeture correspond à une perte moyenne de 14,4 élèves, que la maternelle reste dans l’Orne une école de seconde importance pour le directeur académique, les dispositifs de maîtres supplémentaires ou de formation des enseignants (même largement insuffisante) sont les bienvenus mais se font au détriment de la qualité d’accueil dans les classes. les RASED restent en état de délabrement, des écoles sont inéquitablement traitées (Damigny, Masson à Alençon et Paul Souvray à La Ferté Macé …), des fermetures non justifiées ont lieues (Léger à Argentan, Charles Perrault à la Ferté Macé, ….) ; des fermetures ne prennent pas en compte les locaux inadaptés à un certain nombre d’élèves ( Maternelle Roland à Flers) des fermetures mettent en danger l’existence même de certaines écoles ( Crouttes, …), des ouvertures justifiées ne sont pas effectuées ( Valframbert, Ecouché, ..), les moyens supplémentaires pour le REP+ sont très loin de ceux annoncés par le Ministère !

En somme, la copie du Directeur Académique est à revoir.

 

12 visiteurs en ce moment

*Top Espace Pyramide
2, avenue Basingstoke
61 000 Alençon
Email : snu61@snuipp.fr
Téléphone : 02 33 26 80 95
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Orne, tous droits réservés.